Comprendre le Wechsler Intelligence Scale for Children, Cinquième édition (WISC-V)

Vous êtes ici : ://Comprendre le Wechsler Intelligence Scale for Children, Cinquième édition (WISC-V)

Comprendre le Wechsler Intelligence Scale for Children, Cinquième édition (WISC-V)

4.7 (94.29%) 7 votes

WISC:

Le Wechsler Intelligence Scale for Children (WISC) est le test de référence en France pour la mesure des capacité cognitive des enfants de 6 à presque 17 ans. Inspiré des tests développés par David Wechsler en 1949, il en est aujourd’hui à sa cinquième version depuis 2014. Il représente quasiment le seul et unique test ayant valeur aux yeux de l’Education Nationale. Enfin, il doit être passé chez un professionnel agréé et faire l’objet d’un debrief complet de la part de ce dernier aux parents.


Dans le monde de l’évaluation psychologique, les échelles d’intelligence Wechsler sont considérées comme les mesures de référence du fonctionnement intellectuel.  Les évaluations représentent plus de 70 années de recherche et les révisions subséquentes qui reflètent les progrès de la recherche neurodéveloppementale et neurocognitive, de la psychologie, de la technologie et des changements dans la population.

Le Wechsler Intelligence Scale for Children, Cinquième édition (WISC-V):

L’une des évaluations les plus couramment utilisées pour les enfants de 6 à 16 ans et 11 mois est la cinquième édition de la Wechslerchilds-brain-Portrait Intelligence Scale for Children (WISC-V). L’évaluation produit cinq indices composites de notes:

  • Compréhension verbale (Verbal Comprehension Index – VCI)
  • Indice spatial visuel (Visual Spatial Index – VSI)
  • Indice de Raisonnement Fluide (Fluid Reasoning Index – FRI)
  • Indice de la mémoire de travail (Working memory Index WMI)
  • Indice de vitesse de traitement (Processing Speed Index – PSI)

A la lecture de ces cinq indices, on élabore un quotient intelligent de pleine échelle (Full Scale Intelligence Quotient –  FSIQ).  Lorsque des écarts importants sont décelés entre les indices qui composent le FSIQ d’un enfant, il est possible de calculer des scores alternatifs pour mieux saisir le profil cognitif de l’enfant.  D’autres scores- via des tests complémentaires –  peuvent être envisagés lorsque des déficits de langage, d’attention ou de motivation semblent avoir eu un impact négatif sur la performance globale de l’enfant. Grâce à l’analyse des domaines généraux et spécifiques du fonctionnement cognitif, les psychologues accrédités sont plus a même de définir un profil d’accompagnement adapté à leur petit patient.

Explication des indices de score composite du WISC-V:

Le VCI (Verbal Comprehension Index)  mesure le raisonnement verbal, la compréhension, la formation de concepts, en plus du fonds de connaissances et d’intelligence cristallisée de l’enfant.  L’intelligence cristallisée est le savoir qu’un enfant a acquis tout au long de sa vie par l’expérience et l’apprentissage.  Les sous-tests de base qui composent le VCI exigent que les jeunes définissent des images ou des mots de vocabulaire et décrivent comment les mots sont conceptuellement reliés.  Les enfants présentant un déficit de langage expressif et/ou réceptif affichent souvent de piètres performances sur le VCI.  Des études ont également indiqué que les connaissances du vocabulaire d’un enfant sont liées au développement des capacités de lecture et que, par conséquent, un rendement plus faible dans les tâches comportant du vocabulaire peut indiquer un domaine de difficulté scolaire.

Indice spatial visuel (Visual Spatial Index – VSI): Le VSI mesure le raisonnement non verbal et la formation conceptuelle de l’enfant, sa perception visuelle et son organisation, sa coordination visuomotrice, sa capacité d’analyser et de synthétiser de l’information abstraite et de distinguer le terrain des figures dans les stimuli visuels.  Plus précisément, les sous-tests de base de l’ISBC exigent qu’un enfant utilise la rotation mentale et la visualisation afin de construire une conception géométrique pour faire correspondre un modèle avec et sans la présence de blocs.  Les enfants ayant des déficiences visuelles et spatiales peuvent éprouver de la difficulté à exécuter des tâches mathématiques, à construire un modèle à partir d’une feuille d’instructions ou à différencier des stimuli visuels et des figures au sol sur un écran d’ordinateur.

Indice de Raisonnement Fluide (Fluid Reasoning Index – FRI): Le FRI évalue le raisonnement quantitatif, la classification et les capacités spatiales de l’enfant, la connaissance des relations entre les parties.  Il évalue également les capacités de raisonnement fluide d’un enfant, c’est-à-dire la capacité de résoudre des problèmes nouveaux indépendamment des connaissances antérieures.    Les tâches de base qui composent le FRI exigent qu’un enfant choisisse une option pour compléter une matrice ou une série incomplète et visualise une balance avec un ou des poids manquants afin de choisir une option qui maintiendrait l’équilibre de la balance.  Un enfant ayant un déficit de raisonnement fluide peut avoir de la difficulté à comprendre les relations entre les concepts et, à ce titre, peut généraliser les concepts appris.  Ils peuvent aussi avoir de la difficulté lorsqu’on leur demande de résoudre un problème après que le contenu a changé, ou lorsque la question est exprimée différemment de la façon dont un enfant a été enseigné (p. ex. mettre sur pied un problème mathématique en utilisant l’information dans un problème de mots).  Les difficultés liées au raisonnement inductif peuvent aussi se manifester sous forme de difficultés à identifier une règle ou une procédure sous-jacente.

Indice de la mémoire de travail (Working memory Index WMI) : Le WMI évalue la capacité d’un enfant à maintenir l’attention auditive, à se concentrer et à exercer un contrôle mental.  On demande aux enfants de répéter les nombres lus à haute voix par l’évaluateur dans un ordre particulier et de garder en mémoire les images présentées précédemment.  Les déficits de la mémoire de travail suggèrent souvent que les enfants auront besoin de répéter l’expérience lorsqu’ils apprendront de nouvelles informations, car ils éprouvent des difficultés à prendre de l’information dans la mémoire à court terme, à la manipuler et à produire une réponse à un niveau comparable à celui de leurs pairs du même âge.  Il n’est pas rare non plus que les jeunes aux prises avec des difficultés d’autorégulation, comme on l’a observé dans le cas du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), présentent des difficultés de mémoire de travail et de vitesse de traitement (voir ci-dessous).

Indice de vitesse de traitement (Processing Speed Index – PSI) : Le PSI estime dans quelle mesure un enfant est capable de traiter l’information avec rapidité et précision. On demande aux jeunes d’effectuer des tâches de coordination motrice, de traitement visuel et de recherche dans des délais très courts.  En supposant que les difficultés de vitesse de traitement ne sont pas liées à des retards dans le fonctionnement visuel et moteur, une performance plus faible sur les tâches qui constituent les principaux sous-tests de l’ISP indique qu’un enfant aura besoin de temps supplémentaire.

En résumé, le QI est un indicateur qui doit prendre en compte plusieurs dimensions, et c’est la raison pour laquelle les test de wechsler comportent plusieurs sous tests. Pour plus d’information sur le QI et sa mesure vous pouvez consulter cet article : le QI : est-ce l’intelligence ?.  C’est la raison pour laquelle, lors de la restitution des résultats, il est important d’avoir une présentation non pas uniquement du résultat final, mais de chaque sous test ; et ce afin de pouvoir prendre les meilleures options en terme d’accompagnement de l’enfant .

By |2018-02-28T18:11:02+00:00février 22nd, 2018|Categories: Tests de QI|2 Comments

2 Comments

  1. Laure mars 11, 2018 at 7:40 - Reply

    Bonjour

    Après avoir réalisé différents tests dont celui-ci notre enfant a été détecté TDAH (fin janvier). La neuro-psychologue qui a réalisé les tests nous a informé lors du rendez-vous de restitution avoir longtemps hésité à diagnostiquer notre fils en Enfant Haut-Potentiel. En effet, il a eu le résultat maximum en compréhension verbale et dans la moyenne en vitesse du traitement par exemple (peut être dû au TDAH). Son doute ne lui a pas permis de poser le diagnostic. A la lecture de votre article d’autres tests complémentaires auraient pu être effectuer : « D’autres scores- via des tests complémentaires – peuvent être envisagés lorsque des déficits de langage, d’attention ou de motivation semblent avoir eu un impact négatif sur la performance globale de l’enfant. ».

    Pouvez-vous nous éclairer sur la suite que nous devons donner à cela ? Demander les tests complémentaires ? Faire une seconde lecture par un autre expert des résultats ?

    Je vous remercie par avance pour votre retour,

    Bien cordialement,

    Laure

    • Laure mars 11, 2018 at 7:41 - Reply

      Bonjour

      Après avoir réalisé différents tests dont celui-ci notre enfant a été détecté TDAH (fin janvier). La neuro-psychologue qui a réalisé les tests nous a informé lors du rendez-vous de restitution avoir longtemps hésité à diagnostiquer notre fils en Enfant Haut-Potentiel. En effet, il a eu le résultat maximum en compréhension verbale et dans la moyenne en vitesse du traitement par exemple (peut être dû au TDAH). Son doute ne lui a pas permis de poser le diagnostic. A la lecture de votre article d’autres tests complémentaires auraient pu être effectué : « D’autres scores- via des tests complémentaires – peuvent être envisagés lorsque des déficits de langage, d’attention ou de motivation semblent avoir eu un impact négatif sur la performance globale de l’enfant. ».

      Pouvez-vous nous éclairer sur la suite que nous devons donner à cela ? Demander les tests complémentaires ? Faire une seconde lecture par un autre expert des résultats ?

      Je vous remercie par avance pour votre retour,

      Bien cordialement,

      Laure

Leave A Comment