Qu’est-ce que le WPPSI et que mesure-t-il ?

Mis à jour le 10 Nov 2021

9 minutes de lecture.
L'échelle d'intelligence préscolaire et primaire de Wechsler, ou WPPSI examine les compétences et les capacités, plutôt que les connaissances acquises. Le WPPSI n'est d’ailleurs pas un test avec un programme défini pour lequel un enfant peut réviser, comme vous le faisiez peut être pour les matrices de Raven - si souvent utilisées pour les concours d’entrée dans les grandes écoles. 
Le WPPSI mesure les progrès dans des domaines tels que la façon de penser et de résoudre des problèmes, les processus de réflexion et les capacités de prise de décision. 

Le résumé du score du WPPSI est divisé en cinq domaines principaux :  

1. QI à pleine échelle (FSIQ) – le plus fiable et le plus représentatif du fonctionnement intellectuel général. (Information, Vocabulaire, Raisonnement par mots) 

2. QI verbal (QIV) – connaissances acquises, raisonnement et compréhension verbaux, et attention aux stimuli verbaux. 

3. QI de performance (QIP) – raisonnement fluide, traitement spatial, attention aux détails et intégration visuo-motrice (conception de blocs, raisonnement matriciel, concepts d’images)

4. Vitesse de traitement (PSQ) – capacité à scanner, séquencer et discriminer rapidement et correctement des informations visuelles simples. 

5. Langage global (GLC) – capacités linguistiques expressives et réceptives. 

Quels sont les sous tests ? Qu’évaluent-ils ? 

Les cinq sous-tests de la première tranche (2  ans 6 mois à 3 ans 11 mois) évaluent 

Le vocabulaire réceptif mesure la capacité d’un enfant à identifier les réponses correctes aux mots prononcés, par exemple en regardant une image qui représente le mot prononcé par l’examinateur. Voici un sous-test dans lequel la connaissance préalable des mots joue en effet un rôle. Mais inutile de faire apprendre le petit larousse à votre chérubin… ce ne serait pas lui rendre service.

L’information mesure la culture générale, la mémoire à long terme et les faits acquis. c’est un sous-test qui met les enfants au défi de se souvenir de ce qui a été enseigné précédemment à l’école ou dans le cadre familial. 

La conception de blocs mesure la capacité d’un enfant à analyser et synthétiser un dessin abstrait et à reproduire ce dessin à partir de blocs de plastique colorés. La visualisation et l’analyse spatiales, le traitement simultané, la coordination visuo-motrice, la dextérité et la formation de concepts non verbaux sont impliqués. Les enfants font appel à la logique et au raisonnement pour réussir les items. 

L’assemblage d’objets c’est la même chose que la conception de blocs mais avec un des éléments donnés. Ainsi il faut “faire avec ce que l’on a”. 

La dénomination d’images évalue la capacité d’un enfant à réagir et à nommer les éléments de l’image. La tâche de l’enfant consiste à séparer les parties essentielles et non essentielles de l’image. Il est nécessaire d’observer attentivement chaque élément et de se concentrer sur les détails de l’image. L’enfant doit nommer ou indiquer la partie manquante en disant le nom de la partie ou en la montrant du doigt.  

Les sous-tests de la deuxième bande (4 ans à 7 ans et 3 mois) évaluent 

Le design de blocs mesure la capacité d’un enfant à analyser et synthétiser un design abstrait et à reproduire ce design à partir de blocs de plastique colorés. La visualisation et l’analyse spatiales, le traitement simultané, la coordination visuo-motrice, la dextérité et la formation de concepts non verbaux sont utilisés. Les enfants font appel à la logique et au raisonnement pour réussir les items. 

Similarités mesure la pensée logique, la formation de concepts verbaux et le raisonnement abstrait verbal.  Deux objets ou concepts similaires ou légèrement différents sont présentés, et l’enfant doit dire en quoi ils sont semblables ou différents. 

Les concepts d’images mesurent le raisonnement catégorique et abstrait et les items augmentent en difficulté. On demande aux enfants de regarder deux (ou trois) rangées d’objets illustrés et d’indiquer (en pointant du doigt) l’image unique de chaque rangée qui partage une caractéristique commune avec l’image unique de l’autre ou des autres rangées. 

Le codage mesure la dextérité visuo-motrice, l’apprentissage associatif non verbal et la mémoire à court terme non verbale. La dextérité motrice fine, la vitesse, la précision et la capacité à manipuler un crayon contribuent à la réussite de la tâche ; l’organisation perceptive est également importante.  

Le vocabulaire mesure la fluidité verbale des enfants et la formation de concepts, la connaissance des mots et l’utilisation des mots. C’est un sous-test dans lequel les connaissances préalables jouent un rôle. Charge alors au psychologue de le pondérer avec le milieu social dans lequel évolue l’enfant.

Le raisonnement matriciel mesure le traitement visuel et la perception abstraite et spatiale et peut être influencé par la concentration, l’attention et la persistance. 

La compréhension : qui n’est pas seulement une compréhension ordinaire de la lecture ; ce sous-test mesure les connaissances sociales; le” bon sens” des enfants, leur jugement pratique dans des situations sociales et leur niveau de maturité, ainsi que le degré de développement de leur conscience morale.  

La recherche de symboles demande à l’enfant de déterminer si un symbole cible apparaît parmi les symboles présentés dans un groupe. La mémoire n’est pas une condition essentielle à la réussite de cette tâche ; la perception et la reconnaissance sont les deux principales exigences, en plus de la vitesse, de la précision, de l’attention et de la concentration. Les symboles sont des formes géométriques, plutôt que des lettres ou des chiffres familiers. 

Le test de complétion d’image mesure la capacité de l’enfant à reconnaître des objets familiers et à identifier les parties manquantes. La tâche de l’enfant consiste à séparer les parties essentielles et non essentielles du tout. Il est nécessaire d’observer attentivement chaque élément et de se concentrer sur les détails de l’image. Les enfants doivent nommer ou indiquer la partie manquante en disant le nom de la partie ou en la montrant du doigt.  

L’information mesure la culture générale, la mémoire à long terme et les savoirs acquis.

Le raisonnement par mots mesure le raisonnement abstrait verbal nécessitant une pensée analogique et catégorique, ainsi que la formation et l’expression de concepts verbaux.

Le Vocabulaire réceptif mesure la capacité d’un enfant à identifier les réponses correctes aux mots prononcés, par exemple en regardant une image qui représente le mot prononcé par l’examinateur. Voici un sous-test dans lequel la connaissance préalable des mots joue un rôle. 

L’assemblage d’objets mesure la capacité d’un enfant à analyser et synthétiser un dessin abstrait et à reproduire ce dessin à partir de blocs de plastique colorés. La visualisation et l’analyse spatiales, le traitement simultané, la coordination visuo-motrice, la dextérité et la formation de concepts non verbaux sont impliqués. Les enfants utilisent la logique et le raisonnement pour réussir le test.

La dénomination d’images évalue la capacité d’un enfant à réagir et à nommer les éléments de l’image. La tâche de l’enfant consiste à séparer les parties essentielles et non essentielles de l’image. Il est nécessaire d’observer attentivement chaque élément et de se concentrer sur les détails de l’image. L’enfant doit nommer ou indiquer la partie manquante en disant le nom de la partie ou en la montrant du doigt.

Questions/réponses courantes sur le WPPSI 

Que dois-je dire à mon enfant pour le préparer à l’évaluation ?  

Évitez le mot « test » ou « jeux ». Une meilleure approche consiste à dire à votre enfant qu’il va participer à des activités qui vous aideront à choisir une bonne école pour l’année prochaine. Votre enfant doit s’attendre à effectuer un certain nombre d’activités différentes. Il doit être prêt à suivre des instructions et ne pas aborder les tâches comme un jeu qu’il fera tout seul. 

Mon enfant peut-il réviser en vue de l’évaluation ?

Non. Cependant, votre enfant doit être prêt à écouter attentivement et à suivre les instructions. Les différentes activités ne répondent pas à un encadrement.  Une bonne nuit de repos et un petit déjeuner sain (on oublie les smack’s) sont toujours importants.

Quelle est la durée de l’évaluation ?  

Le WISC-IV peut prendre jusqu’à 75 minutes selon le style de travail de votre enfant. Le WPPSI prend de 20 à 60 minutes selon l’âge de l’enfant. Plus l’enfant est jeune, plus le temps est court. Il s’agit de durées moyennes et il ne faut pas oublier que certains enfants travaillent plus vite ou plus lentement que d’autres. Le psychologue devra également rencontrer l’un des parents ou les deux, seuls, pour recueillir des informations concernant les étapes du développement, l’histoire de la naissance et de la grossesse. Vous devez prévoir de passer 1 heure et demie au total dans le bureau.  

Puis-je assister à l’évaluation de mon enfant ?

Le psychologue rencontrera les parents avant de commencer l’évaluation. Les parents sont censés attendre dans la salle d’attente pendant l’évaluation. Une source importante d’information est la façon dont votre enfant réagit pendant votre absence. Le psychologue s’efforcera d’aider votre enfant à se détendre et à aborder les activités de manière positive. En outre, les questions du test sont conçues pour être attrayantes et intéressantes pour les enfants.  

Si mon enfant ne répond pas à mes attentes, peut-il être réévalué ?  

Il est rarement nécessaire de tester à nouveau un enfant. Si cela s’avère nécessaire, le même instrument ne peut être administré pendant au moins six mois. En effet, la plupart des personnes obtiennent des résultats légèrement supérieurs la deuxième fois en raison de “l’effet d’apprentissage”.

Enfin soyez raisonnable, votre enfant n’a pas besoin d’être surdoué

Il faut se rappeler que le résultat le plus important de toute évaluation de votre enfant est la création d’un cadre qui servira au mieux son développement. S’il n’est pas surdoué, croyez-moi, ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Et si cela vous pose problème, alors demandez vous pourquoi vous voudriez que votre enfant soit surdoué : pour lui ou pour la représentation que vous vous faites de la douance ?

Pour conclure, si vous voulez tout savoir sur la suite de test de Wechsler (pour les adultes ou les enfants plus âgés), c’est :

Laisser un commentaire