Est il possible d’aimer quand on est surdoué ?

Mis à jour le 08 Nov 2021

7 minutes de lecture.

Dans l’imaginaire de certains, il est difficile d’être à la fois surdoué et heureux en amour. Si vous êtes super intelligent, comment pourriez-vous réussir à établir des relations avec ceux qui ne vous sont pas égal intellectuellement ?
Cette remarque n’a rien d’un mythe infondé d’ailleurs si on s’en réfère à la littérature des forums dédiés.
Elle pourrait même grandement procéder d’un travail – sur un jeu de données réel – mené par une équipe de chercheurs dirigée par le psychologue néerlandais Pieternel Dijkstr.
Et pour résumer grosso modo son apparente conclusion, on pourrait dire que les relations intimes sont aux surdoués ce que la Berezina fut aux grognards.

Pourtant une lecture approfondie de cette étude pourrait réserver quelques surprises !

Les dynamiques de construction du couple dans la psychologie des surdoués

Dans son analyse, l’équipe néerlandaise s’est appuyée sur la théorie de l’attachement, une vision des relations qui considère la façon dont vous construisez la relation avec votre partenaire comme une extension de la façon dont vous vous êtes rapproché de vos parents lorsque vous étiez enfant. 

Dans les relations dites d’attachement sécurisant, vous sentez que vous pouvez compter sur votre partenaire pour vous soutenir. 

Dans le cas d’un attachement insécurisant, vous craignez constamment d’être négligé ou abandonné, et l’idée d’une séparation peut vous rendre anxieux. Il est également possible que, par peur de l’abandon, vous adoptiez une attitude dédaigneuse ou détachée à l’égard des personnes qui souhaiteraient être proches de vous afin de vous défendre.

Outre le style d’attachement, Dijkstra et ses collègues pensent que la façon dont les personnes surdouées abordent la résolution des conflits pourrait devenir un facteur déterminant de la qualité de leurs relations.
Les chercheurs néerlandais pensent que la résolution des conflits comporte deux dimensions. La première est la mesure dans laquelle vous vous préoccupez de vous-même et de vos besoins, et la seconde, indépendante, est la mesure dans laquelle vous vous préoccupez des besoins de votre partenaire.

De ces deux dimensions émergent quatre styles de conflit plus une ajoutée ultérieurement :

  1. Intégrateur (préoccupation élevée pour soi et pour le partenaire)
  2. Dominateur (préoccupation élevée pour soi et faible pour les autres)
  3. Obligatoire (faible préoccupation pour soi et forte préoccupation pour le partenaire)
  4. Évitement (faible préoccupation pour soi et pour le partenaire)
  5. Négociateur. Un cinquième style de conflit est également possible, dans lequel vous trouvez un terrain d’entente sur les deux dimensions et recherchez un compromis. 

Comme on peut s’y attendre, les styles les plus adaptables sont l’intégration le compromis et le négociateur; les autres peuvent entraîner des résultats négatifs à long terme dans la relation.

Cette dynamique est ensuite étudiée dans un échantillon de surdoués testés

Passons maintenant à la recherche elle-même : Parce qu’il peut être difficile de trouver des personnes intellectuellement douées, les chercheurs néerlandais ont utilisé une stratégie identifiée par des études antérieures consistant à rechercher des membres de la Mensa. Les membres de cette organisation, qui compte environ 100 000 personnes dans le monde entier, doivent faire valider leur intelligence par des tests montrant qu’ils sont effectivement plus intelligents que 98 % de la population (donc surdoués).

Les 196 adultes hétérosexuels de l’étude de Dijkstra ont donc été recrutés au sein de la Mensa néerlandaise, puis comparés à un groupe témoin de 146 adultes ne répondant pas à ces critères. Les membres de Mensa avaient effectivement un QI élevé : Plus de la moitié avaient un score de 140 ou plus. Bien que les QI ne soient pas disponibles pour le groupe de contrôle, une estimation les plaçait carrément dans la fourchette du QI moyen de 108.

CQFD : le surdoué n’est pas plus malheureux que les autres en amour

Les membres des deux échantillons en ligne ont rempli une série de questionnaires évaluant leur style d’attachement, leur style de résolution des conflits, ainsi que la qualité et la satisfaction de leurs relations. En ce qui concerne la question fondamentale de savoir qui est le plus heureux dans ses relations, les résultats n’ont montré aucune différence dans la qualité perçue des relations en fonction du statut de surdoué. 

Être une superstar intellectuelle ne vous condamne donc pas à la misère relationnelle. Cependant, en ce qui concerne le style de résolution des conflits, le groupe Mensa a montré une plus grande tendance à éviter les désaccords avec son partenaire. Plutôt que de s’engager dans des stratégies plus efficaces de compromis et d’intégration, les surdoués ont massivement préféré l’évitement ! Mais sans que – paradoxalement – cela nuise à la longévité de leur couple.

Le couple surdoué : un couple moins conflictuel ?

Pourquoi les personnes très intelligentes seraient-elles à l’abri des conséquences négatives de l’évitement ? Dijkstra et ses collaborateurs ont expliqué que, selon l’idée que les semblables s’attirent en matière d’intelligence, les membres de Mensa étaient plus susceptibles d’avoir des partenaires qui partageaient leur intelligence. 

Selon la théorie de la similarité des relations, le fait de ressembler à son partenaire en termes de personnalité et d’intelligence signifie que vous aurez plus d’”expériences émotionnelles partagées » et moins de désaccords. Étant donné que les personnes surdouées accordent de l’importance à la vie de l’esprit, elles sont plus susceptibles de s’associer à des partenaires qui voient la vie du même point de vue. Ainsi, bien qu’ils aient tendance à éviter les conflits lorsqu’ils se produisent, peut-être que ceux qui se situent dans la partie supérieure de l’échelle du QI sont tout simplement moins susceptibles d’avoir des désaccords avec leurs partenaires aussi intelligents qu’eux.

Le surdoué est néanmoins moins sécurisé dans son couple

Mais dans ce tableau tout rose, une petite ombre se dessine : Les personnes de l’échantillon de Mensa ont obtenu des résultats plus élevés en matière d’attachement insécurisant, en particulier la variété dans laquelle les gens craignent d’être abandonnés par leur partenaire. 

Dijkstra et ses collègues pensent que cela peut refléter le fait que « les personnes douées peuvent se sentir menacées plus facilement et éprouver de la peur dans des situations impliquant une intimité émotionnelle ». Pourtant, même cet aspect de leur style relationnel n’a pas nui à la qualité de leurs relations. Peut-être ont-ils appris à moduler leur hypersensibilité au fil du temps, et donc à ne pas laisser leur peur du rejet interférer avec leur capacité à apprécier leur relation avec leur partenaire de longue date.

Mais choisi son/sa partenaire sur des critères beaucoup plus profond que la moyenne

Enfin, il faut mentionner des recherches antérieures menées par Dijkstra. Celles-ci ont montré que les hommes célibataires surdoués ont tendance à rechercher des partenaires qui sont eux-mêmes intelligents. En fait, ils valorisent quasiment exclusivement les attributs intellectuels, bien plus que la personnalité, les critères physiques, ou le souhait de fonder une famille. En outre, en matière d’amitié, les personnes dotées du QI le plus élevé préfèrent s’associer à des personnes dont elles peuvent apprendre quelque chose plutôt qu’à des personnes avec lesquelles elles sont plus proches sur le plan émotionnel.

Ils sont également plus sensibles à la critique et peuvent se sentir incompris par les personnes qui ne voient pas le monde avec le même regard aiguisé qu’eux. D’un autre côté, les personnes intellectuellement douées, ont noté Dijkstra et son équipe, peuvent être plus ouvertes à de nouvelles expériences, avoir des attitudes plus favorables à l’égard de l’égalité homme femme dans le couple. Ces derniers attributs devraient être de bon augure pour leur bonheur relationnel.

En conclusion, surdoué(e)s et aimé(e)s n’est pas antithétique

Cette étude nous apprend qu’être intelligent ne vous condamne pas à des relations médiocres et que même si votre approche de votre partenaire n’est pas parfaite, il est toujours possible de vivre des niveaux d’intimité satisfaisants. Vous ne pourrez peut-être pas changer votre QI, mais apprendre à vous adapter à vos forces et faiblesses personnelles est un changement dont tout le monde peut bénéficier. Et vous surtout !

Et pour approfondir sur la thématique, je vous conseille mon article : les 10 écueils qui minent l’amour des surdoués

Laisser un commentaire