Le surmenage se définit comme un stress permanent en lien avec l’intensité de notre emploi du temps que l’on finit par ne plus supporter. On est en quelque sorte usé. Si cela se conçoit de mieux en mieux dans un cadre « adulte » et professionnel – le burnout fait l’objet d’une littérature devenue abondante – le sujet chez l’enfant est presque un tabou. Et pourtant, le rythme de vie de certain de nos enfants les mènent tout droit au surmenage et les pédiatres commencent à tirer la sonnette d’alarme auprès de parents qui sont pourtant persuadés de tenir leur rôle en multipliant pour leur enfant les activités périscolaires. Jusqu’à les en saturer.

Alors est la limite entre lutte contre la procrastination et l’excès déraisonnable d’activités imposées aux enfants ?

Le danger de ne pas laisser les enfants « s’ennuyer » : le cas Kevin

Kevin*, neuf ans, était anxieux, il avait du mal à dormir et se plaignait d’être toujours fatigué. Un examen médical n’ayant révélé aucun problème physique, le pédiatre a suggéré à sa mère de consulter un psychologue. Lorsqu’ils se sont rencontré, ce dernier a posé des questions sur l’emploi du temps de Kevin. Sa mère répondit qu’en plus de l’école, il participait à trois sports d’équipe, aux scouts et prenait des leçons de piano deux fois par semaine. Ne trouvant rien d’autre pour expliquer les symptômes de l’enfant, le psychologue en déduisit que son emploi du temps stressant devait en être la cause.

Sa mère ne partageait pas cet avis. « Kevin n’est pas stressé. Il aime tout ce qu’il fait. » Elle aussi était sous pression. Elle travaillait à plein temps, et comme le travail de son mari l’obligeait à voyager, elle était responsable de la plupart des tâches ménagères et de la garde des enfants. Pourtant, malgré son propre emploi du temps éreintant, elle avait inscrit Kevin à un nombre vertigineux d’activités extrascolaires. « Mes parents n’ont jamais rien fait avec moi », explique-t-elle. « Je veux donc que Kevin sache que je suis là pour lui. Quoi qu’il en coûte… ».
Mais si Kevin aimait bien ses activités, il n’aimait pas son rythme. Il était surchargé et au bord de la dépression clinique. Seul avec son psy, il lui confia qu’il ne jouait plus avec ses amis. Avant, ils faisaient du vélo, des batailles de bombe à eau et construisaient des forts avec des boîtes en carton. Maintenant, il n’y avait plus de temps pour ces activités. « J’aime beaucoup faire du sport et tout ça », dit-il. « Mais pas tant que ça. »

Kevin n’est pas un cas particulier. Alvin Rosenfeld, M.D., pédopsychiatre et auteur de The Over-Scheduled Child : Avoiding the Hyper-Parenting Trap, estime que l’inscription des enfants à un trop grand nombre d’activités est un problème occidental. « La surcharge de travail de nos enfants n’est pas seulement un phénomène répandu, c’est aussi la façon dont nous sommes parents aujourd’hui », dit-il. « Les parents se sentent négligents si leurs enfants ne participent pas à toutes sortes d’activités. Les enfants sont soumis à des pressions pour réussir, pour être compétitifs. Je connais des élèves de première qui travaillent déjà sur leur curriculum pour avoir un avantage lorsqu’ils postulent pour les Grandes Ecoles ».

Le mythe occidental de « l’enfant performant » : un danger pour la créativité

D’autres experts en matière d’enfance se font l’écho des préoccupations de M. Rosenfeld. Andre Aelion Brooks, auteur et ancien journaliste du New York Times, a été l’un des premiers à attirer l’attention sur l’enfant surchargé. Pour son livre Children of Fast-Track Parents, elle a interviewé 80 professionnels de la santé mentale et éducateurs, en plus de 60 parents et d’une centaine d’enfants. Brooks a conclu qu’exposer les enfants à des activités extrascolaires trop tôt n’est pas nécessairement une bonne idée. Certains enfants ne sont pas capables de bien fonctionner avec autant de responsabilités et peuvent développer des troubles liés au stress.
« Les enfants de la classe moyenne sont tellement surchargés qu’ils n’ont presque pas de temps à perdre. Ils n’ont pas le temps de faire appel à leurs propres ressources et d’être créatifs. La créativité, c’est faire quelque chose à partir de rien, et il faut du temps pour que cela arrive », explique Diane Ehrensaft, docteur en psychologie clinique et du développement et professeur à l’Institut Wright de Berkeley, en Californie. « Dans nos efforts pour produire des enfants performants qui soient compétitifs dans tous les domaines, nous étouffons la créativité ».

La spécialiste de l’éducation de la petite enfance Peggy Patten, M.A., est d’accord et note que les enfants d’aujourd’hui ont de nombreuses et merveilleuses opportunités, mais qu’ils ont besoin de temps pour explorer les choses en profondeur. Lorsqu’ils sont impliqués dans trop de choses différentes, ils sacrifient l’étendue pour la profondeur.
« Beaucoup d’enfants aujourd’hui n’ont pas le temps de respirer. Les parents pensent que leurs enfants vont grandir et se souvenir de toutes les merveilleuses activités auxquelles ils ont participé », ajoute Melanie Coughlin, M.A., thérapeute conjugale et familiale agréée et professeur auxiliaire à l’université de Pepperdine en Californie. Coughlin, qui conseille les parents et les enfants en cabinet privé, pense que les enfants « se souviendront à quel point ils étaient épuisés et que leurs parents leur criaient constamment de se dépêcher et de se préparer pour la prochaine activité ».

Le stress n’est pas forcément une mauvaise chose

Le stress est une réaction naturelle qui se produit lorsque nous sommes menacés ou dépassés. Imaginez que vous êtes en safari et qu’un éléphant vous charge à toute vitesse. Votre corps réagirait. Votre rythme cardiaque s’accélère, l’adrénaline inonde votre circulation sanguine, vos muscles se contractent et vous apprenez que vous pouvez courir beaucoup plus vite que vous ne le pensiez. Une telle expérience serait intensément stressante, mais la réaction de votre corps serait normale et pourrait même vous sauver la vie.
Même dans des situations ordinaires, le stress n’est pas toujours mauvais. Le docteur Hans Selye, l’un des pionniers de la recherche sur le stress, pense que des quantités modérées de stress sont en fait bonnes pour nous. Il a décrit deux types de stress : le stress industriel et le stress de détresse. L’eustress est le stress agréable que nous ressentons lorsque nous sommes confrontés aux défis normaux
Un enfant qui aime le football, par exemple, peut s’épanouir grâce à la pression associée à la pratique et aux jeux. La détresse, par contre, se produit lorsque nous nous sentons dépassés. Le même enfant qui s’épanouit dans le football peut se sentir accablé s’il est également impliqué dans quatre ou cinq autres activités.

Mais la sur-activité fait passer à côté de stades de développement importants

Non seulement les enfants surchargés sont sujets au stress, mais ils passent souvent à côté d’expériences importantes de l’enfance. En voici quelques exemples :

Le temps de jouer de façon naturelle et créative

Le jeu non structuré permet aux enfants de poursuivre leurs intérêts, d’exprimer leur personnalité et d’apprendre à structurer leur temps. Le jeu est le mode d’apprentissage naturel des jeunes enfants, mais lorsque leur vie est dominée par des activités organisées par des adultes, il peut ne rester que peu de temps pour les enfants.

Les relations familiales

Les enfants ont besoin de temps libre avec leurs parents, de temps pour se détendre, parler, lire, jouer et simplement passer du temps ensemble. Les familles qui passent constamment d’une activité extrascolaire à l’autre n’ont guère l’occasion de vivre ces expériences.

Relations avec la famille élargie

Les enfants ont besoin de contacts avec leur famille élargie. Il ne faut pas toujours un village pour élever un enfant, mais ces relations familiales peuvent donner aux enfants un sentiment d’identité et un réseau de soutien social. Les enfants dont le calendrier est rempli d’activités extrascolaires peuvent avoir du mal à trouver du temps pour ces relations.

Connaissance de soi

Les enfants ont besoin de temps pour lire, écrire, réfléchir, rêver, dessiner, construire, créer, fantasmer et explorer des intérêts particuliers. Ces activités favorisent la conscience de soi en aidant les enfants à clarifier qui ils sont et ce qui les intéresse vraiment. Les enfants qui participent à un trop grand nombre d’activités programmées peuvent avoir peu de temps pour ces expériences de découverte de soi.

Pourquoi insister autant ?

La vérité est que la plupart des parents ont de bonnes intentions. Ils inscrivent leurs enfants à des activités parce qu’ils veulent qu’ils aient une enfance riche et heureuse. Ils sacrifient leur propre temps pour s’assurer que leurs enfants participent aux entraînements et aux compétitions. Bien sûr, ces parents aiment leurs enfants, et la dernière chose qu’ils voudraient, c’est qu’ils se sentent stressés.
Pourtant, pour certains, la motivation n’est pas toujours noble. Certains parents poussent leurs enfants à réussir dans l’intérêt de leur propre ego. D’autres utilisent leurs enfants pour revivre leurs propres rêves d’enfance. D’autres encore sont motivés par la pression sociale. Comme le fait remarquer un père, « tous les enfants de notre quartier participent à quatre ou cinq activités différentes. Si je sortais mes enfants, ils se sentiraient mis à l’écart et je me sentirais comme un imbécile devant les autres parents ».

Le grand-père de quatre petits-enfants surprogrammés réfléchit à sa propre enfance : « Quand j’étais petit, je jouais au football à l’école et un peu au baseball l’été. C’est tout. Je n’ai jamais ressenti de privations ni pensé que mes parents ne m’aimaient pas. Aujourd’hui, c’est différent. Je pense que beaucoup de jeunes parents ont une peur bleue que leurs enfants grandissent et disent à un psychothérapeute : « Je suis ici parce que mes parents ne m’aimaient pas. Ils ont limité mes activités extrascolaires ».

Limiter le surmenage des enfants : le rôle des parents

Peut-être qu’il faut commencer par se détendre. Lorsque ma femme, Sara, a assisté au match de football de notre petite-fille, elle a été étonnée du sérieux de certains parents. « Allez chercher le ballon ! » « Cours vers le but ! » criaient plusieurs pères sur la touche. A la moitié du match, deux petites filles visiblement fatiguées se sont arrêtées au milieu du terrain et ont commencé à parler alors que le jeu continuait autour d’elles. « Ces deux filles n’étaient que des enfants au milieu de toute cette frénésie », dit-elle.
Une maman de footballeur en convalescence dit que Jessica*, sa fille de 8 ans, était épuisée par trop d’activités. Son emploi du temps était rempli de danse, de patinage sur glace, de leçons de piano, d’équipe de natation et de football. « Quand les maux de tête ont commencé, ce fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », dit sa mère, qui l’a sortie de tout. Quand Jessica s’est sentie mieux, elle a choisi une activité : l’équipe de natation. « Elle est redevenue une enfant normale, et nous avons vraiment le temps d’être une famille. »

Retirer un enfant de toutes les activités est assez dramatique et n’est pas toujours nécessaire. Pour la plupart des familles, il suffit parfois de limiter le temps consacré aux activités extrascolaires pour éliminer le stress de l’enfant et remettre la vie familiale sur un pied d’égalité.
Il est également important de se rappeler que les activités extrascolaires ne sont pas le problème en soi. Comme l’ont montré Maureen Weiss, docteur de l’Université de l’Oregon, et d’autres chercheurs, les enfants qui participent à de telles activités en retirent d’importants bénéfices. La pratique d’un sport, par exemple, est liée à une plus grande confiance en soi et à des résultats scolaires plus élevés, à une plus grande implication à l’école, à moins de problèmes de comportement et à une probabilité moindre de prendre de la drogue ou d’adopter un comportement sexuel à risque.
Ces résultats ont incité les villes de tout le pays à soutenir les activités extrascolaires. Des entreprises et des organisations privées ont participé à l’achat d’uniformes, d’équipements et d’autres fournitures. Au cours des dix dernières années, l’établissement extrascolaire est devenu une force culturelle majeure, qui façonne et définit la vie des enfants.

Mais sommes-nous allés jusqu’à l’extrême ? Qu’arrive-t-il aux enfants qui participent à tant d’activités qu’ils se sentent dépassés ?
Ce sont là des questions importantes auxquelles la recherche doit répondre.
En attendant, nous pourrions bien faire en suivant l’adage d’Aristote : tout avec modération. Les spécialistes de l’enfance reconnaissent que les activités extrascolaires peuvent être une force positive dans la vie des enfants, mais ils s’accordent également à dire que la surcharge de travail peut mettre les enfants en danger. L’équilibre est la clé.
« Les parents ont besoin de se détendre. Ralentissez. Les activités sont bien, mais n’en faites pas trop. Les recherches montrent que ce dont les enfants ont le plus besoin, ce sont des relations, et non des activités », déclare Rosenfeld. « Concentrez-vous sur la construction de relations significatives avec vos enfants, pas sur le fait de devenir leur chauffeur. »