Aspi et en couple : 8 conseils pour gérer la colère

6 minutes de lecture.

Si vous vivez un grand amour avec une personne atteinte du syndrome d’Asperger, vous savez probablement ce que c’est que d’être en colère. Les traits de personnalité de l’Asperger ont tendance à générer plus de ressentiments, d’incompréhension, de déception et de frustration que ce qui est généralement induit par les relations neurotypiques

Comme si cela ne suffisait pas, ces mêmes traits rendent plus difficile la résolution des problèmes relationnels. Une fois que le ressentiment et la colère s’accumulent, il est très difficile de les dépasser.

Voici huit suggestions pour vous aider à gérer la colère dans votre relation avec une personne atteinte d’Asperger.

1. Connaître les déclencheurs

Le fait de savoir ce qui déclenche la colère chez vous ou chez votre partenaire peut vous aider à l’éviter.

Vous avez peut-être tendance à vous sentir déçu par les autres. Ou vous imaginez que les gens attendent trop de vous sans rien donner en retour. Lorsque votre partenaire agit d’une certaine manière envers vous, votre première réaction est de vous sentir déçu, incompris ou exploité. De là à se mettre en colère, il n’y a qu’un pas.

D’autre part, votre partenaire est une source probable de colère. Il peut être très compétitif, par exemple. Il suffit de peu de choses pour que les interactions entre vous deux se résument à une personne qui gagne et une autre qui perd.

Votre partenaire réagit peut-être de manière plus logique et moins émotionnelle que vous. Si vous remarquez les sentiments et qu’il écoute la logique, il est probable que vous compreniez mal les besoins et les perspectives de l’autre.

Le fait de savoir ce qui déclenche la colère vous aidera, vous et votre partenaire, à trouver de meilleurs moyens de la gérer.

2. Écoutez

Écoutez le point de vue de votre partenaire. Même si vous n’êtes pas d’accord, essayez de comprendre cette position du point de vue de votre partenaire. De nombreux conflits dans les relations se produisent parce que chaque personne a l’impression de ne pas être entendue.

Il n’y a aucun mal à écouter. Il n’y a pas de mal à être en désaccord, mais valider les besoins et les sentiments de votre partenaire en l’écoutant favorise le sentiment d’être entendu, ce qui est une première étape cruciale pour entamer un dialogue utile. L’écoute est mon outil le plus efficace, en tant que psychologue spécialiste de l’Asperger. Elle peut aussi être la vôtre.

3. Comprendre l’Asperger

Les personnes atteintes d’Asperger n’ont pas nécessairement le même besoin d’exprimer leurs émotions que les autres. Elles ont de la difficulté à interpréter le langage non verbal et les émotions des autres. Les indices faciaux tels que les froncements de sourcils ou le regard fixe peuvent ne pas être lus avec précision ou pas du tout. Leurs propres émotions peuvent leur sembler intenses en raison d’une sensibilité accrue aux sentiments, aux situations sociales ou aux expériences sensorielles douloureuses telles que les bruits forts ou les lumières vives. Le va-et-vient de l’intimité peut ressembler à de l’imprévisibilité et de l’irrationalité, des choses à minimiser et à éviter.

Il est faux de dire que les personnes atteintes d’Asperger ne ressentent rien. Mais leurs réactions émotionnelles sont souvent différentes. Si vous pouvez comprendre de leur point de vue comment ils fonctionnent, vous aurez probablement moins de colère vous-même.

4. Se calmer

Il est difficile pour nous tous de penser calmement et rationnellement lorsque nous sommes en colère. Si la résolution des conflits est importante pour vous, il est essentiel de calmer votre réaction émotionnelle initiale. Ce n’est qu’à cette condition que vous pourrez exprimer votre propre colère de manière constructive et faire face à celle de votre partenaire de la même manière.

Faire quelque chose de relaxant ou de distrayant peut vous aider à vous calmer. L’activité physique nous aide souvent à évacuer les sentiments négatifs.

5. Ne construisez pas de rancœurs

Une fois que vous vous sentez plus calme, vous pouvez aborder le problème de manière plus constructive. Essayez de le faire aussi près que possible du moment où vous le vivez, plutôt que de laisser le ressentiment s’accumuler.

Avec le temps, vous pouvez apprendre à reconnaître plus tôt les signes de colère et à réagir différemment au comportement de votre partenaire afin d’éviter l’escalade du cycle de la rancune et de la colère.

La plupart des professionnels, tels que les psychologues spécialisés dans le domaine de l’Asperger, considèrent l’accumulation de ressentiment comme la cause principale de l’échec des relations des adultes atteints d’Asperger.

6. Travaillez avec votre partenaire

La colère entre deux personnes nécessite généralement une solution convenue d’un commun accord. Travaillez avec votre partenaire sur cette solution. Notez les points d’accord et de désaccord, et abordez-les un par un.

Ensuite, écrivez toutes les solutions possibles auxquelles vous pouvez penser. Commencez par les points d’accord afin que vous ayez tous deux l’impression de progresser. Trouvez des idées mutuellement acceptables et continuez jusqu’à ce que vous parveniez à un compromis raisonnable.

7. Essayez des solutions

Au lieu de discuter de ce qu’il faut faire, essayez les solutions dont vous avez tous deux convenu qu’elles pourraient vous aider.

Assurez-vous de vous mettre d’accord sur qui fera quoi et quand. Et soyez clair sur ce que vous ferez tous les deux si cela ne fonctionne pas.

Soyez aussi précis que possible. Peu de choses sont plus préjudiciables à la résolution d’un problème que des objectifs vagues et des conséquences ambiguës.

8. Évaluez

Aucun plan ne fonctionne s’il n’y a aucun moyen de savoir si et quand vous avez atteint votre objectif.

Si vous constatez que votre solution à la colère ne fonctionne pas, discutez avec votre partenaire de ce qui va fonctionner. Réfléchissez à de nouvelles options. Trouvez des mesures mutuellement acceptables pour aller dans une autre direction et prenez-les.

Dans la mesure de vos moyens, persévérez. Avec de la persévérance, le cycle consistant à trouver des solutions, à les mettre en œuvre et à évaluer les résultats vous mènera, vous et votre partenaire, à une résolution réussie de la colère qui résulte souvent de l’Asperger.

Laisser un commentaire