Quand les petits surdoués deviennent de vrais avocats :

Les enfants surdoués, surtout ceux qui ont des capacités de grand orateur, sont souvent comparés aux avocats : ils argumentent comme s’ils étaient au tribunal. L’affaire qu’ils défendent est généralement la leur. Ils se disputent sur les règles, les punitions, la discipline, l’heure du coucher, le dîner. En gros, ils se disputent sur presque tout ce qu’ils n’aiment pas ou qu’ils veulent éviter. Bien qu’un enfant surdoué puisse présenter d’excellents arguments, il est important que les parents veillent à bien garder le contrôle.

Quel que soit son niveau d’intelligence, un enfant reste un enfant, et les enfants, même les plus doués, ont besoin d’être guidés. Ils ont besoin de règles et ils ont besoin de conséquences lorsqu’ils enfreignent ces règles. Les enfants surdoués ne doivent jamais être pardonnés de mauvais comportements parce qu’ils ont de bons arguments pour avoir enfreint une règle. Si les enfants peuvent se libérer des conséquences d’un mauvais comportement, ce sont eux, et non leurs parents, qui finissent par avoir le contrôle. Et comme ils restent des enfants…. Bonjour les dégâts !

Mais alors comment garder le contrôle avec un enfant surdoué

Rendre les règles claires

Si vous avez affaire à un petit avocat, vous devez commencer à penser comme lui.

Votre enfant trouvera toute faille que vous avez négligées dans une règle. Il est donc important, lorsque vous établissez des règles, que vous soyez à la fois précis et clair dans vos attentes.

Par exemple, si vous dites à votre enfant qu’il est l’heure d’aller au lit et que vous le trouvez plus tard en train de jouer – au lit – vous pouvez être sûr que votre enfant a trouvé la faille. Vous n’avez pas dit qu’il ne pouvait pas jouer. Vous avez seulement dit qu’il était l’heure d’aller au lit. Votre enfant doit savoir à l’avance ce que cela signifie lorsque vous dites qu’il est l’heure d’aller au lit. Cela vous parrait évident ? Certes ! Mais à lui ; pas forcément !

Expliquez clairement les conséquences d’une infraction aux règles

Un enfant surdoué peut devoir admettre qu’il a enfreint une règle, mais il peut toujours se disputer pour négocier les conséquences. Il peut penser que la règle était injuste ou que la punition est injuste, et avec les enfants surdoués, les questions d’équité ne sont pas simplement des sujets de débat. Ils ont souvent un sens profond de la justice. L’équité est toutefois moins problématique si les conséquences d’une infraction à la règle sont claires dès le départ.

Évitez de négocier les conséquences d’une « violation » de la règle

Certains enfants surdoués peuvent si bien plaider une affaire que leurs parents cèdent et négocient une nouvelle punition ou conséquence d’un écart. Négocier après que la règle a été enfreinte est presque aussi mauvais qu’éliminer complètement la conséquence. Vous pouvez en fait être d’accord avec votre enfant, mais la négociation des conséquences doit se faire avant que les règles ne soient enfreintes, et non après. Cela signifie que si un enfant avait des questions sur une règle et ses conséquences ou s’il n’était pas d’accord avec l’une ou l’autre, il aurait dû les poser au moment où la règle a été établie. C’est une autre raison pour laquelle les règles et les conséquences de leur violation doivent être claires dès le départ.

Ne pas s’énerver, ne pas débattre, ne pas se disputer

C’est un conseil difficile à suivre car il est facile de se laisser entraîner dans un débat. Les parents d’enfants surdoués ne peuvent s’empêcher d’être parfois impressionnés par la capacité de leur jeune enfant à raisonner et à présenter un bon argument logique. Ces parents peuvent aussi vouloir répondre à toutes les questions de leur enfant, par exemple : « Pourquoi devrais-je me coucher avant la nuit alors que… ». Cependant, la meilleure réponse à ce stade est de dire quelque chose comme : « Tu savais que c’était l’heure d’aller au lit, mais tu as refusé d’y aller. Nous pouvons discuter d’une heure de coucher différente demain, mais tu ne pourras toujours pas regarder ton épisode de « Hello Maestro – il était une foi l’Homme » demain parce que tu savais que c’est la punition pour ne pas être allé au lit quand tu étais censé le faire ».

Comment traiter un enfant surdoué qui agit comme un adulte

Augmentez les enjeux si votre enfant continue à se disputer

Donnez à votre enfant une chance de mettre fin à la dispute en donnant d’abord un avertissement. Par exemple, vous pouvez lui dire : « Si tu te disputes encore avec moi, tu ne pourras pas regarder Hello Maestro pendant deux jours. Si votre enfant continue à se disputer, faites-lui savoir qu’il a perdu son « droit » pendant deux jours et que s’il se dispute à nouveau, ce sera trois jours.

Les enfants surdoués sont assez intelligents pour savoir qu’ils doivent cesser de se disputer. Augmentez donc les enjeux s’ils ne sont pas prêts à céder et à respecter les règles.

Être cohérent et assumer les conséquences

Il ne sert à rien de retirer des privilèges si cela se fait uniquement en paroles. Les enfants surdoués verront cette faiblesse et l’exploiteront ! La prochaine fois qu’ils voudront se disputer, ils le feront, quelles que soient vos menaces, car ils auront vu que vos menaces sont vides de sens.

Mais surtout faites en sorte que les conséquences soient raisonnables justes et applicables

Il n’est pas très utile de dire à une enfant de quatre ans qu’elle ne pourra pas recevoir d’amis pendant trois mois. C’est beaucoup trop long, à supposer que vous arriviez à le faire respecter aussi longtemps. Et de manière générale il faut doser la frustration qu’une punition génère, car si elle est trop grande la sanction devient injuste ! De plus les enfants surdoués peuvent généralement trouver autre chose à faire pour remplacer le privilège que vous leur avez retiré, de sorte que sa perte devient inutile.

Enfin n’oubliez pas que la cohérence et la stabilité dans le temps est la clé !

Ces conseils fonctionnent mieux lorsque les parents les utilisent dès le début. Toutefois, ils fonctionnent même avec des enfants plus âgés, mais plus l’enfant est âgé, plus ces stratégies prennent du temps à fonctionner. La cohérence est la clé. Si vous cédez et argumentez, vous devez en fait revenir à la case départ et avez renforcé – chez votre enfant – l’idée que s’énerver et se disputer permet d’arriver à ses fins.

En guise de résumé : profitez donc de la merveilleuse capacité de raisonnement de votre enfant. Mais ne le laissez pas contrôler votre vie de famille.