Être intelligent vous fera t-il nécessairement réussir ? Non !

Mis à jour le 08 Nov 2021

6 minutes de lecture.

Il est naturel de penser que les personnes dotées d’un QI extrêmement élevé ont un don pour la réussite. De Jay Gatsby dans « The Great Gatsby » à Lex Luthor dans les bandes dessinées de Superman, nous en sommes venus à associer le fait d’être super riche à celui d’être super intelligent.

Même le président Donald Trump a affirmé avoir un QI « parmi les plus élevés » dans un tweet très médiatisé de 2013, suggérant que sa richesse était en quelque sorte liée à son intelligence.

Mais pour chaque individu que nous qualifions de « génie », il y en a tout autant, comme Van Gogh ou le mathématicien Kurt Gödel, qui ont lutté contre la maladie mentale, la marginalité ou  les épisodes dépressifs. Je connaissais d’ailleurs quelqu’un qui disait souvent que le QI moyen d’un foyer pour SDF était bien plus élevé que celui d’une tour de La Défense (c’est l’endroit où se concentrent les sièges de multinationales à Paris)…

Alors à la lecture de chiffres, peut-on déduire qu’il existe une preuve réelle que le QI peut prédire quoi que ce soit sur les chances de réussite d’une personne, que ce soit sur le plan financier, universitaire ou créatif ? 

Comprendre les tests de QI

Les tout premiers tests de QI ont été conçus pour identifier les écoliers ayant besoin d’une aide scolaire supplémentaire. Au fil du temps, cette intention s’est inversée et les tests se sont rapidement transformés en un moyen d’identifier les personnes dont l’intelligence était supérieure à la moyenne.

Dans un examen standardisé, tel que les tests de Wechsler, le score moyen de QI est de 100. Tout résultat supérieur à 130 est considéré comme un QI élevé ou surdoué. On estime qu’entre 0,25 % et 1 % de la population appartient à cette catégorie “d’élite neuronale ».

Voila donc ce que l’on appellera les intelligents : ce seront ici les surdoués.

Si vous voulez plus d’informations sur les tests de QI, je vous renvoie à mon article sur ce que mesurent effectivement les tests de QI  ou celui-ci qui donne une définition d’un concept très controversé : l’intelligence

L’étude de Terman sur les surdoués

Avec l’avènement des tests de QI, les chercheurs ont commencé à examiner si les tests supérieurs avaient une influence sur autre chose que la réussite scolaire d’une personne.

Au début des années 1920, le psychologue Lewis Terman a commencé à étudier les capacités de développement émotionnel et social des enfants dotés d’un QI de génie. Basant son étude en Californie, Terman a sélectionné 1 500 enfants âgés de 8 à 12 ans qui, ensemble, avaient un QI moyen de 150. Parmi eux, 80 avaient un score supérieur à 170.3 selon les tests de Stanford-Binet.

Au cours des années suivantes, Terman a continué à suivre ces enfants et a constaté que la plupart d’entre eux étaient socialement et physiquement bien adaptés. Non seulement ils réussissaient dans leurs études, mais ils avaient aussi tendance à être en meilleure santé, plus forts, plus grands et moins sujets aux accidents que le groupe d’enfant de l’échantillon de référence ayant un QI normal.

Après la mort de Terman en 1956, d’autres psychologues ont décidé de poursuivre les recherches, baptisées « Terman Study of the Gifted ». Cette étude se poursuit à ce jour et constitue l’étude longitudinale la plus longue de l’histoire.

Corrélation entre l’intelligence et la réussite

Si l’on considère le groupe dans son ensemble, Terman rapporte :

  • Le revenu moyen des sujets de Terman en 1955 était impressionnant : 33 000 dollars, contre une moyenne nationale de 5 000 dollars.
  • Les deux tiers d’entre eux avaient obtenu des diplômes universitaires, tandis qu’un grand nombre avait obtenu des diplômes de troisième cycle et des diplômes professionnels. Nombre d’entre eux étaient devenus médecins, avocats, chefs d’entreprise et scientifiques.

Néanmoins, aussi impressionnants que ces résultats puissent paraître, les cas de réussite semblaient être plus l’exception que la règle. Dans sa propre évaluation, Terman notait que la majorité des sujets exerçaient des professions « aussi humbles que celles de policier, de marin, de dactylo et de préposé au classement » et concluait finalement que « l’intelligence et la réussite étaient loin d’être parfaitement corrélées « .

Traits de personnalité et réussite

La chercheuse Melita Oden, qui a poursuivi les recherches de Terman après sa mort, a décidé de comparer les 100 sujets ayant le mieux réussi (groupe A) aux 100 sujets ayant le moins bien réussi (groupe C). Alors qu’ils avaient essentiellement les mêmes niveaux de QI, les personnes du groupe C ne gagnaient que légèrement plus que le revenu moyen de l’époque et présentaient des taux d’alcoolisme et de divorce plus élevés que les individus du groupe A.

Selon Oden, cette disparité s’explique, en grande partie, par les caractéristiques psychologiques des groupes. Les personnes du groupe A avaient tendance à faire preuve de « prudence et de prévoyance, de volonté, de persévérance et du désir d’exceller ». En outre, à l’âge adulte, ils présentaient trois caractéristiques essentielles que l’on ne retrouve pas chez la plupart des sujets du groupe C : l’orientation vers un objectif, la confiance en soi et la persévérance.

Cela suggère que, si le QI peut jouer un rôle dans la réussite de la vie, les traits de personnalité restent l’élément déterminant dans la concrétisation de cette réussite.

Critiques de l’étude de Terman

Bien que les conclusions de l’étude de Terman soient convaincantes, elles sont souvent critiquées pour avoir exclu des facteurs qui auraient pu contribuer à la réussite ou à l’échec d’une personne. Il s’agit notamment de l’impact de la Grande Dépression et de la Seconde Guerre mondiale sur le niveau d’éducation d’une personne et des problèmes de discrimination qui ont limités les perspectives professionnelles des femmes.

D’autres chercheurs ont depuis suggéré que n’importe quel groupe d’enfants sélectionnés au hasard et issus de milieux similaires aurait tout aussi bien réussi que les sujets originaux de Terman.

Alors que faut-il en retenir ?

Les scores de QI permettent de prédire de manière fiable la réussite scolaire d’une personne. Les recherches suggèrent également que les personnes dotées d’une intelligence élevée ont tendance à mieux réussir au travail. Cependant, dans certains cas, c’est le contraire qui se produit.

En fait, certaines études ont suggéré que les enfants ayant des aptitudes scolaires exceptionnelles peuvent être plus enclins à la dépression et à l’isolement social que leurs pairs moins doués. Une autre a révélé que les personnes ayant un QI élevé étaient plus susceptibles de faire usage de drogues et donc gâcher ou limiter son potentiel de réussite.

Selon les chercheurs, ce phénomène s’explique notamment par un trait de personnalité connu sous le nom d’ouverture à l’expérience. Ce trait de caractère est l’une des dimensions clés de la personnalité décrites dans la théorie des 5 piliers de la personnalité.

L’ouverture est un trait qui permet essentiellement de supprimer les barrières inconscientes qui empêcheraient autrement une personne de vivre des expériences considérées comme socialement inacceptables. De plus, elle est modérément associée à la créativité, à l’intelligence et à la connaissance. En revanche, la fermeture à l’expérience est davantage associée à la routine, à un comportement traditionnel et à un ensemble plus restreint d’intérêts.

Laisser un commentaire