La surexcitabilité intellectuelle chez l’enfant surdoué

5 minutes de lecture.

La surexcitabilité intellectuelle est un trait caractéristique que l’on retrouve chez des individus très différents, mais presque systématiquement chez les surdoués. Elle se traduit par une soif de connaissance précoce et hors norme, mais aussi par une faculté prononcée à l’ennuie et des difficultés à contrôler son rythme de pensée (voir « éteindre son cerveau » pour dormir par exemple). Une fois repérée chez l’enfant, un ensemble de technique simple permet à l’enfant de mieux la contrôler pour en faire un atout de vie précieux.

Kazimierz Dabrowski était un psychologue polonais qui a élaboré la théorie de la désintégration positive. Cette théorie comprend ce que Dabrowski appelle des « surexcitabilités » ou « super-sensibilités », qui apparaissent dans cinq domaines différents : l’intellect, l’imagination, les émotions, les cinq sens et le système neuromusculaire. 

Ces cinq intensités créent des traits de caractère facilement reconnaissables chez de nombreux enfants surdoués.

Qu’est-ce que la surexcitabilité intellectuelle ?

La surexcitabilité intellectuelle se caractérise par une activité mentale intense et accélérée. Cela ne signifie pas pour autant de merveilleux résultats scolaires. Il s’agit plutôt d’un amour de la vérité et d’une quête de compréhension. Les enfants surdoués qui présentent cette surexcitabilité ne sont pas forcément très performants à l’école, mais ils sont toujours profondément curieux et intéressés par l’apprentissage.

Les signes de cette surexcitabilité sont un haut niveau de curiosité, une profonde concentration, la capacité d’un effort intellectuel soutenu et une grande variété d’intérêts. Les enfants présentant cette surexcitabilité ont tendance à être de fervents lecteurs dans leur quête de connaissances. Ils sont également d’excellents résolveurs de problèmes et adorent élaborer des stratégies.

Ces enfants posent également des questions profondes et approfondies, des questions sur Dieu, la mort et le sens de la vie, par exemple. Ils sont théoriques et introspectifs et peuvent être préoccupés par certains problèmes, souvent d’ordre moral.

On croit souvent que la surexcitabilité intellectuelle est synonyme de haute intelligence, mais ce n’est pas le cas. Les enfants ayant une surexcitabilité intellectuelle ont tendance à s’intéresser aux événements culturels, aux questions sociales et à l’apprentissage de nouvelles théories. Les enfants qui n’ont pas cette surexcitabilité ou qui l’ont à un degré moindre ont tendance à ne pas avoir de tels intérêts et peuvent plutôt exceller dans l’intelligence pratique.

Avantages

  • Focalisé
  • Résolution de problèmes
  • Pensée indépendante

Difficultés

  • Manque de stimulation à l’école
  • Impatient et critique envers les autres
  • Difficulté à s’endormir

Le bon côté de la surexcitabilité intellectuelle

Les enfants présentant cette surexcitabilité sont des apprenants et des résolveurs de problèmes tenaces. Ils sont très observateurs, remarquant des choses que les autres peuvent facilement manquer. Ils peuvent soutenir l’effort intellectuel, en restant concentrés, lorsqu’ils estiment que l’effort en vaut la peine. 

Ils ont tendance à être d’excellents planificateurs. ils ont également tendance à être des penseurs indépendants et à apprécier la théorie ainsi que la métapsychologie (réflexion sur la réflexion). Ces caractéristiques peuvent faire des personnes souffrant de surexcitabilité intellectuelle d’excellents chercheurs.

L’inconvénient de la surexcitabilité intellectuelle

Les personnes présentant cette excitabilité peuvent être facilement rebutées par le travail à l’école s’il ne les met pas suffisamment au défi. Après tout, ils sont intensément curieux et s’épanouissent en apprenant de nouvelles informations. Leur esprit est toujours en éveil et ils peuvent donc s’impatienter à l’égard des personnes de leur entourage qui ne parviennent pas à les suivre. 

Parfois, cette impatience se traduit par une critique insensible. Ils peuvent aussi être tellement absorbés par leurs pensées qu’ils ne voient pas ce que les autres disent – comme le professeur – surtout si cela ne les intéresse pas particulièrement. Ils peuvent également interrompre les autres de manière inappropriée parce qu’ils ne peuvent pas contenir leur excitation face à une idée. Ces enfants ont souvent du mal à s’endormir le soir parce qu’ils ne peuvent pas « éteindre » leur cerveau.

Ce que vous pouvez faire en tant que parent

Comprenez la curiosité intense de votre enfant et faites ce que vous pouvez pour l’aider à apprendre ce qui l’intéresse. Nourrissez ses passions, mais veillez également à lui faire découvrir de nouveaux sujets d’apprentissage. Emmenez votre enfant dans les musées et les aquariums, lorsque cela est possible, mais n’oubliez pas non plus de vous renseigner sur les programmes communautaires locaux, surtout si votre enfant est jeune.

Si les enfants surdoués sont curieux et veulent apprendre tout ce qu’ils peuvent, ils ne savent peut-être pas comment trouver les réponses à leurs questions. Aidez-les à apprendre à le faire. Cela inclut la recherche de sites appropriés sur Internet et la recherche de livres à la bibliothèque locale. Vous pouvez également travailler avec votre enfant pour noter les informations nécessaires pour répondre aux questions qu’il se pose. En l’aidant à apprendre à trouver les informations dont il a besoin, vous lui donnez les éléments nécessaires à la compréhension des concepts et lui permettez de synthétiser les informations qu’il recueille.

Rappelez à votre enfant que les gens sont différents. Tout le monde ne s’intéressera pas aux mêmes sujets et certaines personnes mettront peut-être un peu plus de temps à saisir les concepts. Expliquez à votre enfant qu’être critique peut être blessant et n’est pas nécessaire.

Comprenez que votre enfant peut vraiment avoir du mal à s’endormir le soir, non pas parce qu’il est difficile, mais parce que son esprit n’arrête pas de travailler. Vous pouvez modifier votre routine nocturne pour l’aider à éteindre son cerveau et à s’endormir.

Laisser un commentaire