Enfant refusant de dormir

Chaque soir c’est la guerre, mon surdoué ne dort pas !

Une caractéristique souvent mentionnée des enfants surdoués est leur plus faible besoin de sommeil que les autres enfants. Ce qui n’est pas si communément constaté, mais qui se produit fréquemment, est la difficulté qu’ont de nombreux enfants surdoués à s’endormir. En effet, leur cervelle en constante ébullition a parfois du mal à se mettre en veille !!!

Pourquoi un enfant peut-il avoir des difficultés à s’endormir ?

Pas fatigué ! : Oui, ça pourrait être aussi simple que ça. Comme certains enfants surdoués n’ont pas besoin d’autant de sommeil que d’autres enfants, ils peuvent simplement ne pas être fatigués lorsque leurs parents les mettent au lit et veulent les faire dormir.
Besoin de plus de temps seul pour se détendre : si un enfant est introverti, il peut avoir besoin de plus de temps seul pour se détendre après la journée. Le sommeil ne viendra pas rapidement car l’enfant a besoin de temps pour réfléchir.
Le cerveau ne s’arrête pas : Un enfant surdoué se plaindra souvent à ses parents que son cerveau ne s’arrête pas de fonctionner. Il ou elle dira même des choses comme « Mon cerveau ne s’éteint pas » ou « Mon cerveau ne me laisse pas dormir ».

Alors, voici quatre conseils pour aider votre enfant à dormir

Comme la plupart des conseils que l’on trouve dans les livres habituels, les conseils pour aider les enfants à s’endormir ne fonctionnent pas toujours. Bien sûr, cela ne fait pas de mal d’essayer, mais ne soyez pas surpris si votre enfant a encore du mal à s’endormir. Voici donc quelques suggestions à essayer :

Concentrez-vous sur la détente plutôt que sur l’endormissement : Un enfant ne peut pas plus vouloir s’endormir qu’un adulte. En fait, plus on essaie de s’endormir, plus le sommeil semble insaisissable. Au lieu d’insister sur un moment précis pour éteindre les lumières et s’endormir, insistez sur un moment précis pour être au lit et y rester, un moment pour des activités tranquilles et paisibles, comme lire, regarder des livres ou écouter de la musique douce. Il n’est pas permis de sortir du lit.

Faites en sorte que l’heure du coucher soit plus tôt : Certains enfants ont besoin de plus de temps pour se détendre après les activités de la journée. Si l’heure habituelle du coucher d’un enfant est 8h00 et que les lumières s’éteignent à 8h30, les parents peuvent déplacer l’heure du coucher à 7h30 et laisser plus de temps au cerveau de l’enfant pour se calmer. Ceci est particulièrement important pour les enfants introvertis. Le temps doit être du temps seul, et non du temps passé à parler avec un frère ou une sœur ou un parent. Cela peut être plus difficile pour les enfants qui partagent une chambre, surtout s’ils partagent une chambre avec un frère ou une sœur extraverti qui a besoin de parler !

Fabriquez ou achetez une « tente-lit » pour plus d’intimité : La vie intérieure d’un enfant surdoué peut lui rendre le sommeil difficile, mais le monde extérieur peut également l’empêcher de s’endormir. Il y a trop de distractions, trop de choses à voir et à entendre. Pour éliminer certaines de ces distractions, les parents peuvent fabriquer une « tente-lit ». Ou pour les parents qui veulent et peuvent se permettre quelque chose d’un peu plus chic et certainement plus facile, des tentes toutes faites sont disponibles. Une tente-lit est une tente légère, de la taille d’un lit, dont le fond s’adapte au lit de l’enfant comme un drap-housse. Les tentes-lits sont munies d’aérations et peuvent rester ouvertes ou être fermées par une fermeture éclair. Elles sont faites pour ressembler à des voitures, des coccinelles, des trains ou des « châteaux ».

Fournir un bouton de « mise en marche/arrêt du cerveau » : Non, bien sûr, le bouton n’existe pas !!!  Mais parfois un enfant a juste besoin d’un accessoire – imaginaire ou réel – pour l’aider à éteindre le cerveau. Certains enfants peuvent imaginer que leur cerveau est comme un ordinateur et qu’ils ont simplement besoin de passer par un processus d’arrêt. Certains enfants imaginent qu’il suffit de double-cliquer sur leur « bouton cerveau ». Et certains enfants peuvent utiliser une vieille lampe (dont le cordon a été enlevé) comme interrupteur de marche/arrêt. Tout ce qui clique peut servir de support au bouton du cerveau. Même si cette astuce ne fonctionne pas toujours, elle sert bien de métaphore pour l’enfant et les parents. Et c’est tout simplement amusant. Mais, curieusement, il arrive que ça marche vraiment ! Il peut aider un enfant à calmer son activité cérébrale.

Quelques pistes à ne pas explorer :

N’attendez pas de ces méthodes qu’elles donnent des résultats immédiats et ne passez pas constamment de l’une à l’autre. Vous pouvez les essayer toutes en même temps ou simplement en essayer quelques-unes, quoi que vous choisissiez de faire, donnez-lui une chance de fonctionner. Ce n’est pas parce que ça ne marche pas le premier soir que ça ne marchera pas.

Ne vous inquiétez pas si votre enfant n’a pas (tout à fait) la quantité de sommeil recommandée pour son âge. Par exemple, la plupart des enfants âgés de un à trois ans ont besoin de 11 à 14 heures de sommeil par jour, mais un enfant surdoué peut ne dormir que neuf heures par jour. La plupart des parents savent d’ailleurs quand leur enfant est fatigué, car les enfants fatigués ont tendance à devenir grincheux… mais alors grincheux grincheux grincheux !!!!

Si votre enfant dort moins que le temps recommandé, est grincheux, a des cercles sous les yeux, a des maux de tête et des difficultés de concentration, il ne dort probablement pas assez. Cependant, si votre enfant est en bonne santé et « fonctionne bien », il a probablement juste besoin de moins de sommeil que la normale. Par contre, ne supposez pas automatiquement que votre enfant a besoin de moins de sommeil parce qu’il est précoce. En effet certains enfants surdoués ont besoin de plus de sommeil que la normale. Douance n’est pas forcément synonyme de nuit courte !!