Les 7 savoir-être que l’Ecole ne peut apporter aux surdoués

Vous êtes ici : ://Les 7 savoir-être que l’Ecole ne peut apporter aux surdoués

Les 7 savoir-être que l’Ecole ne peut apporter aux surdoués

5 (100%) 5 votes

Pourquoi l’école ne peut former pleinement les surdoués ?

Les enfants surdoués bénéficient des mêmes aptitudes socio-émotionnelles que tous les autres enfants. Cependant, leurs sensibilités accrues, leur dysynchronie, leur statut social fréquemment atypique et leur tendance à tout remettre en question compliquent l’apprentissage de certains réflexes sociaux clé. Ils se moquent de règles ou de valeurs qui n’ont pas de sens, cachent leurs insécurités et peuvent être gênés par leur propre tendance à trop réfléchir, leur rigidité ou leur dépression existentielle.Aussi l’Ecole – avec sa pédagogie standard – serait bien en peine de leur apporter les bases du savoir-être, comme elle le fait pour les enfants normaux. En conséquence voici quelques conseils aux parents, puisque c’est à eux de reprendre le relai !

Le rôle de l’Ecole, tel que nous le définissons en France, est certes d’apporter un ensemble de connaissances et de méthodes concrètes ; mais aussi de favoriser chez les enfants un ensemble de références en matière de « savoir être ». Ainsi, à la différence de ses voisins outre atlantique par exemple, l’Ecole à la française se donne le rôle d’éducateur, au même titre que la famille. Il s’agit donc pour elle d’apporter un ensemble d’ « aptitudes non cognitives » qui s’apparentent presque à des traits de caractères, comme la patience, une forme de résilience, l’humilité…
Néanmoins, dans le cas précis d’un enfant surdoué, les spécificités liées à son caractère, rendent la chose beaucoup plus complexe. Il revient donc aux parents de s’assurer que leurs petits surdoués ne passeront pas à coté de cette « éducations non cognitive » et particulièrement des sept suivants.

1. La Tolérance

Les enfants surdoués font souvent preuve de compassion envers les moins chanceux, les plus malmenés par la vie. Cependant, ils peuvent devenir impatients et frustrés lorsque leurs pairs ne peuvent pas suivre le rythme accéléré de leur apprentissage. Les jeunes enfants surdoués, en particulier, peuvent se comporter d’une manière intolérante et critique envers leurs pairs. « Pourquoi tu ne comprends pas? » « Pourquoi es-tu si lent? »
Dès le plus jeune âge, n’hésitez pas à donner à votre enfant des « outils et des leçons de patience et de tolérance ». Il s’agit notamment de stratégies pour gérer la frustration, comme des exercices de respiration profonde, s’occuper du moment présent (p. ex., la pleine conscience), s’imaginer dans la situation de son ami(e) (pour faire appel à sa puissante empathie), voir même compter jusqu’ à dix avant de réagir pour qu’il puisse découvrir que sa colère est juste une impulsion qui peut passer vite. Félicitez systématiquement votre enfant lorsque vous remarquez qu’il se comporte de façon tolérante et patiente, afin qu’il sache à quel point vous tenez à ce comportement.

2. L’Humilité

La plupart des enfants surdoués sont humbles au sujet de leurs capacités et vont généralement même jusqu’à douter d’eux-mêmes. Mais, notamment lorsqu’ils sont détectés, avec tous les éloges qu’ils reçoivent pour leurs réalisations et leurs capacités, certains peuvent commencer à penser qu’ils pourraient être « meilleurs » que d’autres. Bien sûr, cette attitude s’estompe le plus souvent souvent plus tard lorsqu’ils ne parviennent plus à suivre le rythme, qu’ils manquent de résilience pour gérer les expériences d’échec ou qu’ils se sentent comme des imposteurs. Mais au début, les jeunes enfants surdoués peuvent être fiers que leurs talents dépassent ceux des autres enfants.
Ainsi ne cessez pas de rappeler à votre enfant qu’il a la chance d’avoir un esprit vif, un talent et de la créativité, mais qu’il n’est pas plus responsable de ces forces que de la couleur de ses yeux. Son mérite réside uniquement dans la façon dont il dirige son énergie et son comportement. Expliquez à votre enfant ce que signifie vraiment la douance et aidez-le à relativiser cette dernière. L’humilité intellectuelle favorise non seulement une plus grande ouverture à l’opinion des autres, mais peut aussi soulager la pression qu’ils s’imposent pour être les meilleurs. Plutôt que de mettre l’accent sur ses talents inné, montrer de la reconnaissance pour son travail acharné, son comportement autonome, sa prise de risque intellectuelle ou créative, sa compassion et sa tolérance envers les autres et son travail en collaboration avec ses pairs.

3. L’Endurance

Alors que certains élèves surdoués sont motivés, travailleurs et même perfectionnistes, d’autres ne réussissent pas assez bien à l’école ou abandonnent parfois leurs études. Comme leurs besoins sont souvent négligés dans les écoles, ils apprennent souvent à exceller sans trop d’efforts. Par conséquent, ils s’investissent bien en deçà de leur potentiel et sont donc peu habitué à fournir un effort soutenu et faire preuve d’endurance. Une fois qu’ils sont confrontés à une tâche qui exige un effort prolongé, qu’il s’agisse d’études, de sport ou dans les arts, beaucoup abandonnent car incapable d’attendre que leur travail produise un résultat.
Et ce d’autant plus que les écoles ne mettent généralement l’accent que sur la persévérance, ce qui fait du courage un synonyme de corvée, car le sens des efforts que l’on fait n’est pas compris. Pour le surdoué qui a besoin de tout comprendre, ce genre de pédagogie ne fait que les conforter dans leur stratégie d’abandon.
Vous pouvez aider votre enfant à apprendre à prendre son rythme, à se fixer des objectifs à court terme en cours de route, à apprécier la valeur du travail acharné et à relever la barre de ce qu’il attend de lui-même. Mais surtout apprenez lui à donner du sens à ses efforts : endurer, persévérer et s’accrocher à long terme exigent un certain niveau de passion et de dévouement,. Plus vous encouragez votre enfant à trouver une joie intrinsèque dans l’apprentissage, plus cette passion sera susceptible de stimuler les efforts futurs. Par exemple si votre enfant veut devenir pompier et déteste les maths, trouvez dans le métier de pompier des applications mathématiques (comme calculer la hauteur des flammes pour évaluer l’intensité d’un feu). Si vous séchez (comme moi d’ailleurs car je ne suis pas sûr qu’il y ait corrélation entre la hauteur d’une flamme et l’intensité d’un incendie) tournez-vous vers des forums spécialisés dans ces métiers : ils regroupent des passionnés qui se feront une joie de vous aider !

4. Les Interactions Sociales

Tandis que certains enfants surdoués sont socialement mûrs et excellent même en tant que leaders, d’autres sont aux prises avec un développement asynchrone qui se manifeste par une certaine immaturité sociale. Ces enfants sont souvent conscients de leurs déficits et peuvent donc décider d’éviter les interactions sociales, devenir timides et repliés sur eux-mêmes ou développer des croyances rigides quant aux personnes qu’ils doivent fréquenter. Offrir un soutien et des conseils spécifiques aux jeunes enfants peut les aider à se sentir plus confiants et à améliorer leurs aptitudes sociales. Il est important d’attirer l’attention sur les comportements qui pourraient être offensants (comme l’impatience quand un camarade met trop de temps à expliquer quelque chose), mais félicitez-les aussi pour leurs forces et leurs améliorations.

5. La Gestion de l’Ennui

La plupart des élèves s’ennuient à l’école à un moment donné. Mais les enfants surdoués s’ennuient énormément. Certains parents tentent de résoudre ce problème en demandant des aménagements à l’école, en trouvant des activités parascolaires pour éveiller les passions de leur enfant ou même en choisissant de scolariser leur enfant à la maison. Cependant, si votre enfant n’a pas développé de stratégies pour gérer son esprit trop actif, quoique vous fassiez, il s’ennuiera ; et ce peu importe à quel point son environnement sera. Encouragez-le donc à utiliser son imagination, sa créativité et ses idées pour occuper son esprit. Aidez-le à trouver des stratégies divertissantes, comme se raconter des histoires, écrire des chansons, imaginer ce qu’il pourrait peindre ou construire, ou identifier le problème qu’il compte résoudre. Cela vous évitera surement un burnout parental !

6. Être consciencieux et poli

Alors que certains enfants surdoués sont motivés, concentrés et même perfectionnistes, d’autres peuvent être négligents et désorganisés. Ils peuvent se concentrer énormément s’ils sont passionnés par une tâche, mais font peu d’efforts pour ce qui leur semble ennuyeux ou insignifiant. Par conséquent, bon nombre d’entre eux commencent à échouer ou, à tout le moins, ramènent des mauvaises notes dans des matières qui ne suscitent pas leur intérêt.
Les adolescents surdoués qui sont idéalistes, soucieux de justice et parfois moralisateurs dans leur passion pour le changement sociopolitique peuvent aussi manifester du mépris pour les traditions sociales et refuser de se comporter d’une manière socialement appropriée ou réfléchie. Ils peuvent s’abstenir de gestes élémentaires de politesse/bienveillance sociale telle que les salutations et les remerciements ; prétendant que cela revient à consentir à des attentes superficielles –et donc fausses – dont ils ne veulent pas faire partie.
La « conscience » est une habileté ou un trait de caractère qu’il peut être nécessaire de cultiver chez certains ados surdoués qui s’écartent du concept. Le fait de faire appel à leur logique et d’indiquer comment elle favorisera leurs progrès, facilitera l’atteinte de leurs objectifs ou même les aidera à faire progresser leur idéaux de justice sociale peut les motiver.

7. La Confiance

De nombreux enfants surdoués manquent d’assurance. Ils doutent de leurs capacités, se sentent comme des imposteurs ou ressentent de la culpabilité lorsqu’ils se rendent compte qu’ils saisissent les concepts beaucoup plus facilement que leurs amis. Ceux qui ont eu des difficultés à s’intégrer ou qui ont été victimes d’intimidation peuvent ressentir de l’anxiété sociale et se retirer des activités avec leurs pairs.
Les concepts traditionnels portant sur le renforcement de la confiance se sont concentrés sur la résilience et la prise de risques académiques. Mais les enfants surdoués devront aussi s’entendre répéter qu’ils sont beaucoup plus que leur simple QI et leur talent ; qu’il est normal d’échouer et qu’ils seront aimés peu importe leurs réalisations. Il peut être utile d’identifier les raisons sous-jacentes de leur faible estime de soi et de remettre en question les hypothèses qui la construisent. Il est également important d’encourager autant que possible l’indépendance et l’autonomie. Aidez votre enfant écouter sa « boussole intérieure » – un sentiment de force, d’intuition et de conscience de soi pour l’aider à relever divers défis.

Conclusion

Bien entendu, toutes les compétences susmentionnées peuvent et doivent être renforcées et entretenues par l’entremise des écoles et d’autres activités interactives, y compris des activités parascolaires, des camps, des sports d’équipe, des groupes de bénévoles ou des clubs. Ces compétences ne s’épanouiront pas dans l’isolement et nécessiteront une interaction avec les pairs et un renforcement de la part d’adultes influents et attentionnés. Et l’école est un cadre idéal pour que votre enfant puisse essayer et perfectionner ces compétences tous les jours. Mais en tant que parent, vous établissez les bases, partagez vos valeurs et offrez le soutien et l’encouragement dont votre enfant a besoin. Car après tout, vous le connaissez mieux que quiconque et pouvez lui offrir les conseils dont elle a besoin pour la route à suivre.

By | 2018-03-13T16:18:47+00:00 mars 13th, 2018|Categories: Le Surdoué à l'Ecole|0 Comments

Leave A Comment