tests-de-qi-lapproche-de-kauffman-kabc
Cliquez pour noter

L’approche de Kaufman et les tests KABC

Le Kaufman Assessment Battery for Children et ses variations

Le KABC un test pour les enfants

Le Kaufman Assessment Battery for Children (KABC) est un instrument clinique (test de diagnostic psychologique) destiné à évaluer le développement cognitif des enfants âgés de 2,5 ans à 12,5 ans.

Cette approche est différente des autres dans la mesure où il met beaucoup plus l’accent sur les processus cognitifs que sur le « contenu » de l’intelligence.

Ce test est finalement assez récent puisqu’il a été développé en 1983 par Alan S. Kaufman et Nadeen L. Kaufman. Devenu légèrement obsolète, il a été révisé en 2004 et traduit /  adopté dans de nombreux pays.

Sa construction intègre plusieurs développements récents des théories du développement psychologique qu’il allie à la méthodologie statistique.

Le KABC un test non verbal adapté aux mal-entendants et aux minorités

La KABC accorde également une attention particulière à certains besoins émergents de tests tels que son application aux individus handicapés, pour des enfants rencontrant des problèmes d’apprentissage, et l’adaptation à des minorités culturelles et linguistiques. Les auteurs du test recommandent toutefois avec raison que les résultats des tests pour ces populations spécifiques soient pondérés par leur relative récence : les résultats aux tests n’ont pas encore été statistiquement calibrés sur ces populations. Ils soulignent également que le KABC ne doit pas être considérée comme une solution ultime pour évaluer le potentiel intellectuel; Comme tout autre test, il devrait être complété et corroboré par d’autres instruments pour répondre aux besoins individuels, tels que l’échelle Stanford-Binet, l’échelle de Wechsler, les échelles de McCarthy ou des tests neuropsychologiques dédiés.

Déroulement et typologie des exercises du KABC

Le KABC-II comporte 18 sous-tests de deux types: Les sous tests principaux qui visent à évaluer de manière optimale les capacités dans un délai de temps raisonnable. Les sous-tests  complémentaires destinés à approfondir l’examen clinique.

Avant de tester l’examinateur décide quel modèle théorique suivre: le modèle de Luria (évaluation des capacités d’anticipation dans l’analyse de données initiales, de planification d’une tache sous forme de programme et sur la base des données initiales, d’exécution du programme et de confrontation du résultat avec les données initiales) ou le modèle CHC (le modèle multifactoriel de Cattell-Horn combiné au modèle hiérarchique de l’intelligence de Carroll).

Les sous-tests sont regroupés en 4 ou 5 échelles en fonction de l’âge et du modèle d’interprétation choisi. Le modèle de Luria se compose de quatre échelles: échelle de traitement séquentiel, échelle de traitement simultanée, capacité d’apprentissage et capacité de planification. Le modèle CHC comporte lui cinq échelles : Mémoire à court terme, Traitement visuel , Stockage et récupération à long terme, fluidité du raisonnement ainsi qu’une capacité cristallisée synthétisant les 4 autres.

Quelques exemples d’épreuve du KABC :

Exercices avec des formes en triangle: l’enfant assemble plusieurs triangles en mousse pour correspondre à une image.

Exercice de reconnaissance de visages: l’enfant regarde les photos d’un ou deux visages pendant 5 secondes, puis sélectionne le ou les  visage(s)  corrects alors que ceux-ci sont montrés sous une forme différente (posture différente, angle de prise de vue différent..)

Exercice de comptage de blocs: L’enfant compte le nombre de blocs empilés sur une image ou certains blocs sont partiellement cachés.

Exercice de pensée conceptuelle: L’enfant sélectionne l’ image qui – parmi un ensemble de 4 ou 5 images- n’appartient pas à l’ensemble.

Exercice de résolution d’un petit labyrinthe : L’enfant déplace un chien sur une grille qui contient plusieurs obstacles pour essayer de trouver le chemin le plus rapide vers un os.

Exercice basé sur la « Gestalt »: L’enfant remplit mentalement les lacunes d’un dessin en tache d’encre partiellement terminé et nomme ou décrit l’objet / l’action représenté dans le dessin.

Pour les enfants un peu plus âgés (5-6 ans) : achèvement d’une histoire dont on raconte le début

Ordre des mots et mise en relation des mots et des formes: L’évaluateur lit une liste de noms d’objets communs, et l’enfant touche une série de silhouettes de ces objets dans le même ordre que celui dans lequel ils ont été lus.

Numéro Rappel: L’évaluateur lit une chaîne de nombres et l’enfant répète la chaîne dans le même ordre. Les chaînes vont de 2 à 9 chiffres.

Mouvements de main: l’enfant reproduit une série de formes que l’examinateur suggère sur la table avec le poing, la paume ou le côté de la main.

Nous ne ferons pas la liste exhaustive de toutes les épreuves, mais elles sont du même ordre sous une forme différente néanmoins (complétion de rébus puis 15 minutes plus tard il est demandé à l’enfant de reproduire le rébus etc etc)

Le résultat du KABC-II

Le KABC-II produit deux types de scores d’intelligence générale selon la méthodologie adoptée : D’abord le « Mental Processing Index » (MPI, modèle de Luria).

Le second est le  « Fluid-Crystallized Index » (FCI, modèle CHC).

Le modèle de Luria prend 25-60 minutes pour être complété, tandis que le modèle de CHC prend 30-75 minutes pour être mené selon l’âge de l’enfant.

Le plus gros avantage du K.ABC est de pouvoir s’adapter aux enfants malentendants, de langue étrangère ou présentant des des troubles de la parole ou du langage. En effet les tâches qu’il implique pouvant être expliquées par gestes et les réponses n’impliquent pas l’usage de la parole non plus. Par contre, les enfants handicapés visuels sont pénalisés au K. ABC à cause de l’importance des stimuli visuels. Pour ceux-ci spécifiquement il faudra prévoir d’autres types de tests spécifiques

Wechsler et les WAIS

Découvrez la famille de test la plus populaire : les WAIS / WISC

Tout savoir sur Wechsler